L'évolution des véhicules à roues

Commandants !

Comme vous le savez, les véhicules à roues (ou automitrailleuses) ont été introduits dans World of Tanks lors de la dernière mise à jour. Cette nouvelle classe n'est pas seulement équipée de nouvelles mécaniques et d'un gameplay différent, elle dispose aussi d'une histoire riche. Voyons voir comment ils ont évolué depuis leur introduction dans les conflits militaires.

  • Les débuts 
  • Pendant la Seconde Guerre mondiale
  • Après les Guerres mondiales

Les véhicules à roues sont apparus au tournant du XIXe et du XXe siècle. Comme c'est souvent le cas avec les innovations militaires, les armées du monde entier ont réagi avec prudence à cette nouvelle invention. Les véhicules à roues n'ont vu le champ de bataille que lors de la Première Guerre mondiale (aussi appelée la Grande Guerre), et déjà à l'époque, les nouveaux chars étaient la priorité après leur introduction en 1916.

L'une des premières automitrailleuses était une variation d'un véhicule civil. Par exemple, le Royaume-Uni a transformé l'emblématique Silver Ghost de Rolls-Royce en véhicule de combat, armé d'une mitrailleuse de 7,7 mm, et son blindage ne faisait que 8 à 9 mm d'épaisseur.



Le Silver Ghost transformé en automitrailleuse : le Rolls Royce 1920 Mk1 (au musée des blindés de Bovington). [1]

De l'autre côté de la Manche en France, un fervent défenseur du concept essayait d'exporter l'Archer, baptisé d'après l'homme d'affaires français Joseph Archer (à ne pas confondre avec le chasseur de chars britannique original qui a combattu pendant la Seconde Guerre mondiale). Ce véhicule était rapide (jusqu'à 60 km/h) et aussi équipé d'une mitrailleuse.

En affrontant ces véhicules au début de la Grande Guerre, l'Allemagne a répondu avec le Büssing A5P, un gros véhicule avec pas moins de 10 écoutilles pour les mitrailleuses. Mais au bout du compte, seules trois mitrailleuses étaient présentes de manière permanente, tandis que les autres devaient être occupées par un équipage (de 10 hommes !) qui se déplaçait de l'une à l'autre - pas très fiable, non ?



Le massif Büssing A5P. [2]

La Russie a mis les bouchées doubles avec des automitrailleuses encore plus grandes, ou plutôt des camions blindés, car elles sont basées sur des camions Garford de 5 tonnes importés d'Amérique. Solides, équipées d'un canon anti-assaut de 76 mm et de 3 mitrailleuses Maxim, ces automitrailleuses se sont avérées assez résistantes pour combattre pendant la Grande Guerre et la Guerre civile soviétique, ainsi que d'autres conflits mineurs jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. 

Pour les États-Unis, la guerre a commencé en 1916. Et pourtant, ils ont été assez rapides à former leur première division de véhicules blindés. Grâce à l'entreprise Bethelem Steel, un escadron de 40 automitrailleuses a défilé à New York cette année-là.

Beaucoup de pays ont essayé de faire pression en faveur de plus d'automitrailleuses. Toutefois, comme la Première Guerre mondiale s'est déroulée dans les tranchées, les chars étaient la meilleure option, car ils pouvaient les percer. L'inconvénient de ces premiers véhicules, c'est qu'il leur fallait des routes satisfaisantes, des chaînes pour traverser la neige, et même… des chevaux. En effet, les automitrailleuses devaient être acheminées par ces animaux pour prolonger la durée de vie de leurs moteurs, et éviter qu'elles fassent trop de bruit pour que les ennemis ne les repèrent pas.

Si la Grande Guerre n'était pas devenue une guerre de tranchées, les automitrailleuses auraient joué un rôle important. Mais il a fallu attendre 20 ans de plus pour que ce concept ne brille. En 1939, les véhicules à roues avaient des objectifs plus clairs - par exemple, chercher des ennemis - et des buts plus définis.

D'un point de vue technique, les automitrailleuses allemandes et françaises étaient les meilleures à l'époque. Le Panhard 178 était un véhicule puissant doté de quatre roues motrices (4x4), de deux postes de commandes et d'un canon de 25 mm. L'Allemagne avait ses propres 4x4, comme les Sd.Kfz.221, 222 et 223, ainsi que des véhicules encore plus gros basés sur des châssis 8x8.

Le Panhard 178 (au musée de Saumur). [3]

L'Union soviétique disposait également du BA-20M et du BA-10A, ce dernier étant équipé d'un vrai canon. Plus tard, un véhicule plus léger est devenu le principal véhicule à roues de l'Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale : le rapide BA-64.

Au final, le front d'Afrique du Nord est devenu le champ de bataille principal pour les véhicules à roues. Pour vaincre le légendaire général allemand Erwin Rommel, l'armée britannique a dû préférer les automitrailleuses aux chars dans le désert. Elles étaient plus rapides, plus simples à utiliser et pouvaient fonctionner sur un rayon plus large. Les Italiens le savaient également, et ils ont utilisé leur célèbre Autoblinda AB41 au combat.



L'un des « chars à roues » : le Panzerspähwagen Sd.Kfz. 234/3 Stummel (7,5-cm KwK L/24). [4]

Les automitrailleuses étaient si utiles dans cet environnement que le front d'Afrique du Nord a donné naissance à une nouvelle classe de véhicules à roues, que nous allons appeler les « chars à roues ». Ces machines étaient toujours maniables, mais leur armement se rapprochait de celui des chars. Les Britanniques ont déployé l'AEC et le T17E1, plus connu sous le nom de Staghound. Dans le camp de l'Axe, la famille des Sd.Kfz.234 a été développée pour le désert et s'est révélée assez efficace pour se battre avec succès dans toute l'Europe. 

Les résultats de la Seconde Guerre mondiale ont eu des effets différents sur les nations qui s'affrontaient. Même si les automitrailleuses se sont avérées assez utiles pendant le conflit, toutes les nations n'étaient pas totalement convaincues. Par exemple, les États-Unis n'ont jamais développé de « chars à roues », et le concept d'automitrailleuses en lui-même est resté assez sous-estimé pendant des années.

Au contraire, les Britanniques ont continué à développer des véhicules légers blindés, comme le Saladin.

L'Alvis Saladin (au musée de la RAF de Cosford). [5]

Après la Seconde Guerre mondiale, l'Union soviétique a essentiellement utilisé les véhicules à roues pour transporter du personnel pendant longtemps.

Fervente défenseuse des automitrailleuses depuis le début, la France a développé de nombreuses automitrailleuses, notamment les véhicules proches des célèbres « chars à roues » comme la série des Panhard EBR, maintenant disponible dans notre jeu !

Fermer