Mise à jour 1.1 : la charge des Polonais

Nous vous avions promis l’arrivée cette année de deux nouvelles nations de chars. C’est l’Italie qui a ouvert le bal, et c’est maintenant au tour de leurs frères polonais de faire leur entrée sur le champ de bataille. Cette branche débutera par des chars légers, se poursuivra avec des moyens de rang intermédiaire, avant de terminer par des lourds de rang élevé.

La Pologne était la suite logique comme ajout de nation… mais pourquoi au juste ? Elle a été une porte entre l’est et l’ouest au cours des deux guerres mondiales, et nous voulons commémorer la bravoure et la contribution de ce peuple lors de ces conflits. Enfin et surtout, nous avons fait ce choix car la communauté polonaise est l’une des plus grandes du jeu, et nous tenions à honorer leur passion et leur dévouement.

Trêve de discussion, passons à la description ! 

Contenu disponible pour des plus grandes fenêtres de navigation.

Premiers rangs

Les premières machines polonaises ont été grandement inspirées des véhicules conçus par les plus grands constructeurs de blindés des années 1930 et 1940. Leurs traits sont similaires à ceux des autres nations : il s’agit de véhicules rapides et dynamiques, pourvus d’un blindage fin. Une caractéristique distingue toutefois les premiers rangs polonais de leurs rivaux : ils infligent un peu plus de dégâts par tir.

  • 4TP
  • 7TP
  • 10TP et 14TP

Basé sur le célèbre Vickers Carden Loyd, son poids dépasse à peine les 4 tonnes et il est équipé d’un moteur de 85 ch. Vous pouvez d’ores et déjà commencer à l’appeler le petit « tracteur ».

L’influence britannique se reflète encore au rang II. Évolution du concept mis en place avec le Vickers Mk. E, celui-ci est une amélioration de son « petit frère », avec seulement 150 chars ayant atteint le bout de la chaîne de production.

Les rangs III et IV peuvent être vus comme des frères de chars légers en raison de leurs modèles similaires. Le 10TP était un prototype qui a réussi ses essais en 1938 et 1939 mais, en raison du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le travail sur ce char a été interrompu et le prototype fut détruit.

Une histoire (et un destin) similaire attend le 14TP, sur lequel le travail fut retardé début 1939 en raison de l’absence d’un moteur approprié pour ce char ; il ne sera donc jamais assemblé suite à l’invasion allemande en septembre de cette même année.


Rangs intermédiaires

Servant de transition vers les chars lourds de rang élevé, les moyens de rang intermédiaire sont variés en matière de styles de jeu, introduisant un nouvel ensemble de rôles de combat. Voici une brève description de chacun d’entre eux :

  • Rang V – un hybride léger/moyen
  • Rang VI – un moyen au blindage de lourd
  • Rang VII – un hybride moyen/lourd
  • Char remarquable – le 25 TP KSUST II
  • 40TP Habicha et 45TP Habicha

Un concept de char développé en 1937, il s’agit d’un rang V qui a été longuement attendu par la communauté polonaise. Le « 20/25TP » a été l’un des modèles les plus demandés de l’histoire récente, nous avons donc hâte de le voir combattre sur le champ de bataille. Ce char est une évolution en comparaison des premiers chars polonais ; il embarque un canon de 75 mm infligeant 135 points de dégâts par tir. Cette valeur est plutôt impressionnante lorsqu’on la compare à celles des chars moyens rivaux.

Nous atteignons maintenant les deux incarnations d’un concept d’Edward Habich. Ces deux blindés sont nés d'après les idées du talentueux ingénieur polonais, mélangeant les meilleurs atouts des conceptions contemporaines allemandes et soviétiques. L’influence soviétique se retrouve dans le blindage incliné, alors que les tourelles compactes et la grande puissance de feu découlent de l’influence allemande. Une puissance de feu élevée sera la marque de fabrique des chars polonais à partir du rang VI.

Remarque : à bord du char de transition de rang VII, il est très important de se montrer prudent en bataille, car il ne dispose pas du blindage d’un char lourd.


Rangs élevés

Bien que les chars polonais de rang élevé n’aient jamais dépassé le stade de la planche à dessin et qu’ils sont restés enfouis dans les archives, nous pensons qu’il s’agit d’une bonne manière de rafraîchir et de donner vie à ces machines. Ces trois projets étaient des projets de thèse d’ingénieurs diplômés ; ils auraient trouvé leur place parmi la flotte de véhicules soviétiques utilisée à cette époque.

  • Char remarquable – 53TP Markowskiego
  • 50TP Tyszkiewicza
  • 60TP Lewandowskiego

Ce char de rang VIII peut être vu comme un char de transition, puisqu’il sert de pont entre ses frères moyens et lourds. En effet, il s’avère relativement lourd sans pour autant être volumineux, et il propose plusieurs canons (105 mm et 122 mm). En matière de blindage, ce char est coiffé d’une tourelle robuste fixée sur une caisse plus faible.

Ce rang IX peut être vu comme le petit frère du char couronnant cet arbre. Il inflige d’excellents dégâts par tir grâce à son canon de 130 mm. De façon générale, vous remarquerez sa puissance destructrice et son excellent blindage, mais c’est à partir de là que les choses commencent à se corser en matière de vitesse maximale.

En matière de taille et d’apparence, vous pourriez croire à tort qu’il s’agit d’un véhicule soviétique. Avec un canon de 152 mm placé sur ce char, il devient extrêmement important de bien soigner ses tirs. Les 250 mm de pénétration qu’il offre ne sont pas énormes, mais si vous visez bien, vous pouvez retirer 750 points de structure à votre adversaire en un seul tir. Sa dépression ne laisse pas à désirer non plus, puisqu’elle peut atteindre les -8 degrés.

Ce béhémoth de rang X peut naturellement être considéré comme un hybride de l’IS-4 et du E-100. En résumé, il s’agit d’un char lourdement blindé, lent, et infligeant de lourds dégâts, ce qui est parfait pour écraser les défenses adverses.



Partez essayer ces machines polonaises !

Fermer