Attention !
L'article que vous regardez est dans l'ancien format du site. Il peut y avoir des problèmes de représentation avec certaines versions du navigateur.

Fermer

Articles des fans de sport électronique : les gagnants

Le concours d’articles de fans de sport électronique avait commencé avant la gamescom 2013. Le moment est venu de vous dévoiler le nom des vainqueurs. Chacun a été récompensé selon les règles du concours.

Les meilleurs articles ont été rédigés dans les langues suivantes : slovaque, polonais et français. Félicitations !

Vainqueur
Lot
Matomi   5.0005.000 
MrOmen   5.000 
veget   5.000 

Ligue européenne Wargaming.net

World Cyber Games : qualifications allemandes

 

Merci encore pour votre participation au concours d’articles de fans de sport électronique !


Ligue européenne Wargaming.net 

Par : Matomi

Saison 2 de la Ligue pro de World of Tanks

Douze équipes se sont affrontées dans le cadre de la Ligue pro de WoT, mais seules six se sont qualifiées pour la finale organisée pendant la gamescom : Evil Panda Squad, Kazna Kru, Virtus.Pro, Team Dignitas, Mousesports et DeNova. Ces unités se sont disputées les 100 000 euros de récompense mis en jeu lors de la manifestation de Cologne, en Allemagne. La compétition s’est avérée particulièrement serrée cette année et rares sont ceux qui avaient misé sur le bon cheval. Les parties ont eu lieu les 24 et 25 août 2013, et c’est le charismatique Mitch Leslie d‘ESL TV qui a donné le coup d’envoi de chacune de ces deux journées. Chaque confrontation a ensuite été commentée par le couple Lauren Scott et Olivier Maxfield. Les équipes ont livré bataille à 7 contre 7, ce qui signifie qu’elles ne comptaient que la moitié des effectifs habituels. Il leur a d’abord fallu sélectionner les cartes sur lesquelles elles désiraient jouer, la première à choisir étant tirée au sort.

Je ne peux malheureusement pas faire un compte rendu de toutes les rencontres, les deux jours ayant été bien chargés, mais je me dois de mentionner le match Evil Panda Squad contre Mousesports, d’une intensité incroyable et qui m’a valu une heure et demie d’adrénaline à haute dose.

Les Polonais d‘Evil Panda Squad et Mousesports, équipe basée en Pologne mais composée de joueurs de toute l'Europe, comptent parmi les meilleures formations pro de la série World of Tanks de Wargaming. Nul doute que nos deux escouades s’étaient préparées du mieux possible pour le jour J afin de ne rien laisser au hasard. Impossible de dire si l’une était meilleure que l’autre, ou de savoir qui allait gagner. Seul du combat sortirait la réponse à ces interrogations. C’est pourquoi je tiens à vous livrer un compte rendu détaillé de cette bataille comptant pour la 2e saison de la Ligue pro de World of Tanks.

La carte choisie, Ruinberg, fourmille de cachettes, d'obstacles et de bâtiments propices aux embuscades où l'ennemi peut attaquer de tous côtés sans crier gare. Les Mousesports, en jaune, commencèrent dans la rue de l’église, tandis que les hommes d’Evil Panda Squad, en bleu, s’engageaient également dans une artère menant à l’édifice religieux. Les joueurs des deux camps restèrent d’abord groupés, les Mousesports ne laissant qu’à un seul éclaireur le soin de couvrir la rue faisant la jonction entre les deux bases. Il ne lui fallu d’ailleurs pas longtemps pour se faire repérer et essuyer le feu nourri des chars moyens et lourds des Panda. Pour autant, les jaunes n'avaient pas jeté leur camarade en pâture et leurs tirs intensifs endommagèrent l'un des blindés lourds de l'adversaire. Ils décidèrent de se replier sur leur drapeau, ce qui leur coûta un char de plus et permit aux jaunes de tenter un assaut depuis une rue en arc de cercle, au nord de l’église. Toutefois, les chars au plantigrade noir et blanc se rassemblèrent autour d’un pâté de maisons en triangle et infligèrent de lourdes pertes aux jaunes, écrasés de tous côtés en quelques secondes, sans espoir de fuite. Un seul char réussit à se faire la malle en exécutant une boucle, mais un triste sort l‘attendait deux rues plus loin. Malgré leur échec dans le secteur de l’église de Ruinberg, les jaunes décidèrent de fondre sur la base ennemie où ils marquèrent rapidement des points de capture, les hommes de Panda restant encore assez loin derrière. Las ! Après 97 points, un représentant de la formation à la mascotte chinoise apparut et ses trois tirs annihilèrent toute chance de victoire pour les jaunes. Les Evil Panda Squad s’adjugeaient donc la première bataille.

Deuxième carte au programme, Prokhorovka est un peu l’inverse de Ruinberg. Le terrain est plus plat, et s’il y a moins d’obstacles, les buissons, arbustes et autres végétaux offrent de très bonnes planques pour le tir embusqué. Il revenait aux joueurs des deux équipes de choisir les particularités dont ils pourraient tirer profit. Le coup d’envoi fut donné et les deux groupes filèrent plein ouest en direction d’une route de campagne reliant le nord et le sud de la carte. C'est là, parmi la végétation dense et les buissons, qu’il est facile de tendre un guet-apens sans se faire remarquer. Le groupe Panda décida de poster ses éclaireurs sur une colline, au centre de la carte, afin qu’ils puissent désigner les cibles du fond aux chars en attente d’instructions. Cette stratégie s‘avéra payante puisque la reconnaissance des Mousesports fut repérée, mais les chars moyens des jaunes mirent rapidement le cap dans la même direction et les Panda durent déplorer la perte d’un éclaireur. Les bleus décidèrent donc de gagner le village, derrière la voie ferrée, où ils se mirent à l’abri d’obstacles et attendirent quelques secondes afin de savoir si cela paierait. On se retrouva dans une impasse, les deux formations restant sur leur position et attendant que l’autre fasse le premier pas : les bleus patientaient près du chemin de fer et autour du village, tandis que les jaunes se cachaient derrière des buissons, le long de la route de campagne, à l'autre bout de la carte. Tout à coup, plusieurs actions éclatèrent un peu partout sur Prokhorovka. Les jaunes progressèrent de tous bords et, pendant que les bleus ajoutaient un éclaireur à leur funeste bilan, ils purent effectuer leur poussée depuis le nord. Les hommes de Mousesports se trouvaient alors tout près de la voie ferrée, à quelques mètres de l’ennemi, mais les bleus réévaluèrent la situation et battirent en retraite jusqu’à la rivière, au pied de la colline. Le jeu s’arrêta totalement et, sans retournement en vue, c’est le chrono qui décida de l'issue de la bataille : égalité.

On conserva la même carte car il fallait un vainqueur à Prokhorovka. Mais cette fois, les bleus changèrent de stratégie et franchirent la voie ferrée dès le début. L’endroit était idéal pour assister confortablement aux manœuvres de l’adversaire. Les jaunes décidèrent de poursuivre leur avancée le long de la route de campagne et atteignirent le drapeau des Panda, toujours postés sur les rails, sans combattre. Les Mousesports profitèrent de ce drapeau mal défendu pour en entamer la capture sans tarder. Une poignée de secondes plus tard, les Panda lançaient l’assaut, toutes chenilles dehors, en direction de leur base. Les deux équipes y perdirent des plumes, mais ce sont les bleus qui retirèrent leurs chars de la zone de capture. Tout le front glissa derrière le chemin de fer, au pied de la colline, où l’équipe Evil Panda Squad marqua, en définitive, un autre point gagnant.

La troisième carte, Himmelsdorf, est parsemée de bâtiments, de ruines et d’obstacles que surplombe un grand château, point stratégique en tout temps. Cette carte est sans conteste l'une des plus difficiles en termes de tactique et de progression. Les joueurs choisirent des routes différentes, cette fois-ci : les bleus avancèrent sous la falaise au-dessus de laquelle trône le château, tandis que les jaunes fondirent sur la gare. Il se passa soudain quelque chose que l’on n’a pas l’habitude de voir : après à peine 19 secondes de jeu, les Panda, qui n’avaient perdu qu’un blindé, atteignirent la base ennemie forts de 5 chars et en commencèrent la capture. Les Mousesports en firent autant de leur côté, quoique avec un seul char, et lancèrent leurs autres blindés à la défense de leur drapeau. Les bleus avaient cependant échafaudé un plan très astucieux qui neutralisa toutes les tentatives de défense des jaunes. Dans la salle, bras levés, sourire aux lèvres et fiers de leur coup, les Panda laissèrent éclater leur joie suite à l‘incroyable coordination qui leur permit de neutraliser jusqu’au dernier éclaireur terré dans sa base. La bataille entière ne prit que quelques minutes et les Evil Panda Squad, qui ne déplorèrent la perte que d’une poignée de blindés dans l’affaire, s’imposèrent de la tête et des épaules. Ce fut sans doute l’une de ces parties inoubliables dont les visiteurs de la gamescom tireront les leçons et s‘inspireront dans leurs propres batailles.

 

Deuxième saison de la Ligue pro de World of Tank disputée pendant la gamescom :

24/08 à 10 h 10
Mousesports contre Evil Panda Squad 0 - 3
24/08 à 12 h 00
DeNova contre Kazna Kru 1 - 3
24/08 à 15 h 00
Evil Panda Squad contre Kazna Kru 2 - 3
24/08 à 17 h 00
Mousesports contre DeNova  2 - 3
25/08 à 10 h 10
Virtus.Pro contre DeNova 3 - 2
25/08 à 12 h 00
Evil Panda Squad contre Kazna Kru 3 - 0
25/08 à 14 h 00
DeNova contre Kazna Kru 0 - 3
25/08 à 16 h 00
Virtus.Pro contre Evil Panda Squad 4 - 1 (finale)

Classement: 

  1. Virtus.Pro (score final : 22-2)
  2. Team Dignitas (score final : 18-4)
  3. Kazna Kru (score final : 16-10)
  4. DeNova (score final : 15-11)
  5. Mousesports (score final : 15-9)
  6. Evil Panda Squad (score final : 13-13)
  7. Team WD (score final : 11-11)
  8. Spale (score final : 9-13)
  9. Dragonborns - Odem Mortis (score final : 8-14)
  10. Team moreWoT.Planetkey (score final : 7-15)
  11. eSuba.INTEL (score final : 5-17)
  12. GF-Gaming (score final : 1-21)

Je souhaite bonne chance aux vainqueurs et aux équipes qui ont participé à ce concours pour les tournois et parties à venir. Je leur souhaite aussi d'avoir des nerfs d'acier et une stratégie au point pour pouvoir glaner moult récompenses et remporter de nombreuses batailles. Pour finir, j’espère voir plus d‘équipes européennes dans les futures compétitions.

L’engouement autour de l’épreuve n’était pas seulement dû aux parties jouées. Le stand WoT, à la gamescom, et la salle où a eu lieu la finale de la saison 2 de la Ligue pro de WoT étaient équipés en matériel informatique professionnel par le sponsor de l‘événement, BenQ. Les joueurs, qui arboraient les couleurs et logos de leur équipe, étaient tous venus avec leur propre PC et siège baquet. :) La scène de jeu était située devant un auditorium d’où les visiteurs de la gamescom pouvaient confortablement suivre la progression du tournoi.

En résumé, je dirais que toute la 2e saison de la Ligue pro de World of Tanks a été une expérience incroyable pour moi. Même si je n’ai pu la suivre que sur l’internet, j’ai apprécié l’ambiance et vécu chacune des batailles aux côtés des joueurs. Je crois que tout était parfaitement organisé et planifié, si bien que tout le monde, des joueurs aux spectateurs, en a eu pour son « argent ».

Sur une échelle de 0 à 10 (la meilleure note), je mets 10 :)

 

Par : MrOmen 

La finale de la Ligue World of Tanks, c’est l'apogée des efforts et des sacrifices énormes consentis par des joueurs qui se sont battus pendant des heures dans le cadre de cette épreuve et ont passé encore plus de temps à s’entraîner et à progresser. Cette phase est réservée aux meilleurs commandants, aux véritables maîtres de nos monstres d’acier virtuels. Eux seuls peuvent tenter de s’adjuger la récompense suprême. Cette fois-ci, ce furent les membres des clans Virtus.Pro et Evil Panda Squad qui se disputèrent le titre. Leur opposition fut farouche, voyons comment elle débuta.

Ces deux équipes sont célèbres dans le monde du sport électronique, où les Russes de Virtus.Pro font presque figure de marque déposée. Ils comptent d’ailleurs des formations dans de nombreux jeux et pléthore de sponsors. Leur « challenger » est une équipe polonaise qui a fêté, il y a peu, son deuxième anniversaire. Bien qu’elle ne soit sans doute pas aussi connue que son adversaire, elle a eu l’avantage de se préparer au combat sans la pression qu’impose le statut de favori.

La route qui a conduit ces deux formations à se croiser a été très différente : tandis que les Russes remportaient 20 de leurs 22 parties, les Polonais signaient 11 victoires et autant de défaites, un bilan bien moins flatteur que l’on relativisera en se souvenant qu’ils durent affronter tout le gratin. L’un des temps forts de la gamescom fut le revers des joueurs au Panda contre les Serbes de Kazna Kru, malgré un combat acharné, qui les obligea quasiment à repartir de zéro. Heureusement pour eux, ils repartirent dans le bon sens grâce leur une victoire sur DeNova. En fin de parcours, ils durent cependant remettre le couvert contre les Kazna. Il paraît que la vengeance est un plat qui se mange froid et les Panda n’ont pas manqué de le rappeler. Leur succès 3-0 montre que lorsque l’on affronte un ennemi coriace, il faut le regarder droit dans les yeux pour briser son élan. Difficile d’imaginer plus belle histoire pour accéder à la finale contre les Virtus.Pro.

La première carte au menu fut Prokhorovka, et le choix des chars identique avec deux T69, trois AMX 13 90 et deux T1 américains de chaque côté. La première confrontation de la finale promettait beaucoup puisque l'équipe qui s'imposerait pourrait aborder la 2e manche avec une certaine tranquillité d’esprit. Les perdants, en revanche, seraient dans l'obligation de rattraper leur retard à la marque. De fait, la partie commença de manière surprenante puisque les Russes décidèrent de quitter la rangée d’arbres de la colonne 2 pour expédier toutes leurs troupes sur la zone située derrière la voie ferrée. Les EPS ne franchirent pas la ligne et se contentèrent de la suivre, ce qui leur permit de repérer assez vite un premier observateur. Potomako s'empara promptement de la plus haute colline de la carte, grâce à quoi il put tout aussi rapidement frapper l'ennemi. Hélas, l’endroit est exposé au feu des chars ennemis postés plus bas et c’est ce que les Virtus.Pro ne manquèrent pas de noter, se débarrassant vite fait, bien fait, de l'embarrassant AMX. Un peu plus tard, le théâtre d’engagement se déplaça en ville, où un raid soudain des Panda déboucha sur la destruction d’un T69, puis de deux T1 impuissants dans la foulée. Le temps de recharger, xinef neutralisa l’AMX de l'équipe russe, ce qui offrit l'avantage du feu aux Polonais qui disposaient alors d’un char de rang VIII de plus. Mais cet ascendant fut de courte durée et les « ours » répondirent en se débarrassant de xinef, ce qui rétablit l'équilibre. La situation tourna alors au bras de fer car seuls des chars affichant le même niveau de points de structure restaient sur le champ de bataille. L’intelligence et la précision des tirs devaient toutefois décider de l’issue de l’affrontement. Dellight, qui réunissait, semble-t-il, ces deux qualités aux commandes de son AMX 13 90, détruisit le T69 et les T1 qui roulaient encore, et mit ainsi un terme aux rêves de victoire du clan polonais.

La deuxième manche eut pour cadre Abbaye. Prendre le contrôle d'une position préférentielle au milieu, près des bâtiments, offre un avantage stratégique et la possibilité de voir les deux côtés de la carte. Cette fois, les Virtus.Pro changèrent de dotation en troquant leur T69 contre un AMX 50 100, tandis que les Panda délaissaient l’AMX 13 90 au profit du T69. Malgré ce à quoi l’on pouvait s’attendre, les deux formations ignorèrent la zone centrale de la carte et, comme si on le leur ordonnait, se ruèrent sur la région montagneuse des colonnes 2 et 3. La sortie rapide et agressive des VP leur permit de prendre les meilleures positions, censées contraindre le clan polonais à essuyer le feu de leurs canons. Si la première bataille fut aussi rapide que dynamique, celle-ci de distingua par sa lenteur une fois les positions prises. Les joueurs devaient guetter le moment idéal pour attaquer, mais aucune des deux équipes ne souhaitait croiser le fer, si bien que les Virtus.Pro décidèrent de battre en retraite et d’attendre leur adversaire dans une posture défensive. Une fois encore, comme par magie, les Panda les imitèrent en se repliant et en essayant de les obliger à quitter leurs positions. Si l’affrontement tenait du bras de fer la fois précédente, la question était ici de savoir qui serait le plus patient et le plus capable dans les manœuvres défensives. Alors qu’il ne restait que 1’56 au chrono avant la fin de la bataille, les deux groupes firent cracher la poudre (après avoir quitté leurs positions de défense) dans le secteur C-D 2. La topographie valut aux Polonais de perdre davantage de points de structure et de n’infliger presque aucun dégât à leurs adversaires. Cela incita ces derniers à foncer sur les chars restants, mais un repli bien exécuté des Panda leur permit de survivre à l’assaut et la situation vira au jeu de patience où le premier à bouger serait sûr de ne pas en réchapper. Personne n’en courut le risque, naturellement, et les hostilités s’achevèrent, faute de temps, sur une égalité.

Pour la troisième manche, on retrouva la même carte et la même dotation de chaque côté. Il est intéressant de noter que les deux équipes reprirent aussi, dans un premier temps, la stratégie de la manche précédente. Suite au match nul, elles crurent peut-être que l’adversaire changerait sa façon de faire, mais il n’en fut rien. Après un petit round d’observation, un char des Virtus.Pro se replia pour libérer le centre. C’est sans doute le mouvement qu'il aurait fallu faire précédemment, car le T1 qui se tenait là put effectuer une percée dans la colonne 2, où sony43 fut rapidement neutralisé. Cette manœuvre permit au binôme russe composé de las777vegas et koreetz (en T1) de gagner sans embûche la base ennemie, juste sous le drapeau. Deux chars peuvent facilement s'en emparer en 45 secondes, et c’est précisément le temps qu’il fallut aux Panda pour s’en préoccuper. Une capture jette toujours un peu le trouble dans le camp adverse, parce qu’il lui faut laisser un char pour défendre la base et que cela affaiblit d'autant les forces mobilisables dans l’engagement avec l’ennemi. Ce fut le cas à nouveau, mais les Polonais, raisonnables, retirèrent tous leurs chars : l’un d’eux parvint à défendre la base, tandis que les autres empêchèrent l'adversaire de tirer profit de cet avantage temporaire. Après une escarmouche qui vit la destruction du char du célèbre YouTubeur polonais NewMultiShow, les Russes furent forcés de se replier sur leur base car, cette fois-ci, la capture était perdue. Une mauvaise surprise les attendait ensuite, puisque la descente était défendue par potomako au prix d’un mouvement très rusé qui leur interdit un retour rapide au drapeau. Cela se termina par un terrible combat dans le secteur D1, où les Polonais avaient l’avantage en termes de chars et d’altitude. Le mérite en revint au commandant, qui lut parfaitement la situation et fit sortir un char, ce qui contraignit les Russes à s'arrêter. L'équipe polonaise sut profiter de l’occasion, neutralisant rapidement des blindés ennemis si bien que, après trois manches, le score était de 1-1.

La quatrième carte, Ensk, marquait le passage des grands espaces à la guerre urbaine, même s’il était toujours possible de traverser les zones de verdure des colonnes 9 et 10. Le changement de carte entraîna aussi un changement de chars : des blindés légers et rapides à chargeurs automatiques, les équipes passèrent à du matériel plus lourd, à savoir deux IS 3 et deux AMC 50 100 pour les Russes, et trois IS 3 et un AMX 50 100 pour les Polonais. Les premières manœuvres, identiques de part et d’autre, consistèrent en une virée rapide en direction des maisons, au centre-gauche de la carte. Là, les deux formations durent y réfléchir à deux fois afin de pouvoir exploiter l’avantage le plus infime. Il fallut 3 minutes aux Virtus.Pro pour décider de lancer trois chars à l’attaque. Difficile de résumer les événements qui eurent lieu dans les 90 secondes qui suivirent. Aussi se bornera-t-on à dire que, malgré les dégâts subis d’emblée par Break_neck, l’équipe russe, toute d’orange vêtue, réussit à percer les bâtiments défendus par les Panda. Elle put ainsi jouir de l’avantage que présente une unité organisée face à un groupe de chars ennemis éparpillés. Bravo pour avoir pris cette décision et utilisé au mieux le potentiel que représente une unité compacte et coopérative.

Himmelsdorf. Aucun joueur de World of Tanks n’ignore ce nom, même au rang I, puisqu’il nous accompagne depuis le début de notre aventure sur ce jeu. C’est la reine des cartes urbaines, où le dénouement d’une bataille se décide soit près du château, soit dans la « banane » située juste en dessous. La dotation en chars n’évolua que peu, la différence étant que les Panda préférèrent la mobilité du T69 à un IS 3. Les Russes, qui pensaient sans doute qu’on ne change pas une équipe qui gagne, conservèrent les mêmes blindés que sur la carte précédente. Pour la première fois au cours de cette grande finale, les deux formations abordèrent la carte différemment : les Russes lancèrent leurs forces vers le sommet, tandis que les Polonais prenaient le passage tout en bas. Cela signifiait que leurs raids allaient se « croiser » et que le combat pourrait prendre un virage que les commandants auraient bien du mal à anticiper. Seul un T1 en goguette pouvait suivre les manœuvres des Virtus.Pro, mais il fut prestement réduit au silence. Dans le même temps, les Polonais furent surpris par une attaque lancée depuis le sommet car ils ne se trouvaient pas près du rocher, mais de l’axe de la carte, exposée à ce genre d’offensive. Un rapide calcul des forces en présence incita notre équipe à emprunter la « banane » et à engager un petit nombre d’adversaires, tandis que les autres étaient repérés plus haut. Après un bon début et quelque 200 points de structure inscrits, la cavalerie russe vint à la rescousse de ses hommes et neutralisa les chars d’EPS, déjà endommagés. La bataille fit rage, mais était vouée à l’échec car les chars de Virtus.Pro, de retour, furent sans pitié pour leur ennemi. Le score passa donc à 3-1, mais déjà se profilait une carte de grands espaces verdoyants qui pouvait être la dernière.

Du choix des chars sur Steppes pouvait dépendre l’issue de la finale puisqu’il ne manquait qu’une victoire à l’escouade russe. Les deux équipes parièrent sur plusieurs modèles AMX 13 90 et T69. Gagner cette manche étant impératif pour nos compatriotes, la question qui se posait était la suivante : fallait-il « faire sa partie» normalement ou lancer une attaque à la desperado pour rafler la mise sous le nez de nos voisins de l’Est ? Le début de l’affrontement, classique, consista à mener un mouvement rapide sur la droite pour prendre l’inamovible rocher et la meilleure position possible. Ce qu’on n’avait pas encore vu, c’est un duel équilibré entre T1, auquel se livraient jusque-là sans remord les chars ennemis les plus costauds. Le vainqueur de ce face-à-face, Eclipse (EPS), prit le meilleur sur koreetz sans perdre le moindre point de structure. Face à ce revers qui n’était toutefois pas d’une importance majeure, les Russes n’hésitèrent pas à se servir du chemin libéré pour engager les Polonais qui leur tiraient dessus depuis la colline. Cette manœuvre peut sembler bizarre, car l’équipe qui se trouve en dessous est généralement désavantagée, mais une coopération efficace permit à VP de franchir le rideau des tirs de blindés français et d’engager le combat. Un combat qui s’avéra vite déséquilibré. Une minute plus tard, tous les chars de Panda étaient alignés, mais il ne resta bientôt plus qu’un T69 et un T1 de l’autre côté de la carte. La scène était difficile à voir tant il paraissait évident que les Virtus.Pro l’emporteraient, même s’ils n’avaient pas détruit tous les blindés. Ce n’était qu’une question de temps et, de fait, il ne fallut qu’un peu plus de 2 minutes aux Russes pour triompher dans cette 5e manche.

On serait tenté de penser, à cet instant, à une victoire nette et sans bavure, mais tout ne fut pas si simple. S’il est vrai que les Russes ont confirmé leur suprématie dans la Ligue pro de World of Tanks, Ils n’ont disputé que deux bonnes parties. Pourquoi « que deux » ? Parce que leur titre de champion de la Ligue leur a permis d'accéder à la dernière phase du tournoi. Les Evil Panda Squad, en revanche, se sont qualifiés en dernière position et ont battu des équipes bien meilleures qu’eux. Ils ont effacé leur défaite contre les Kazna Kru, en prouvant plus tard à ces derniers qu'ils se battaient toujours jusqu'au dernier souffle et n'avaient peur de personne. Non, personne. C’est l'attitude des meilleurs dans ce jeu. Ils sont repartis avec un chèque de 21 000 euros, contre 50 000 pour Virtus.Pro. J’espère vraiment que la victoire n'est pas qu'une question d'argent. La plus belle des victoires, c’est un duel entre deux équipes qui ont prouvé leur supériorité sur les autres. Le chef des Virtus.Pro a dit qu’il était déçu parce qu’il voulait affronter un autre clan russe, Team Dignitas, en finale. Oui mais voilà, on a retrouvé en finale une équipe que, sans doute, personne n'attendait à ce niveau. Tout l’intérêt de ces tournois, c’est que les plus belles histoires peuvent être écrites par d’authentiques outsiders. Et que le favori désigné doit affronter un adversaire auquel il ne s’attendait pas. Espérons que l’avenir nous réserve d’autres moments comme celui-là, ces moments où l’effet de surprise joue un rôle majeur et où une bataille de chars virtuelle s'avère être, en définitive, un combat entre l'esprit et le caractère de l’homme.

 

Par : Veget

Voici mon compte-rendu pour la première journée de la WoT Pro League. Ce compte-rendu est également présent sur le site Millenium à l'adresse suivante.

La plus grande surprise de cette journée provient de la défaite de  Team Dignitas contre  Odem Mortis. Les premiers ont, apparemment, joué offensivement voir très offensivement mais, en allant trop loin, trop vite, ils se sont accrochés à une équipe vaillante et cela n'a pas marché sur Ensk lors de la 1ère carte et sur Himmelsdorf lors de la 4ème carte permettant la victoire 3-1. Team Dignitas a réussi à remporté la dernière carte mais cela ne change pas le résultat final : 3 à 2 pour Odem Mortis.

Cela peut paraître insignifiant mais c'est la troisième défaite consécutive de Team Dignitas en ligue professionnelle en comptant les deux défaites lors de la saison 2 contre Mousesports et Virtus Pro. Certes, ces équipes sont très fortes et les défaites sont toutes sur un score de 3-2 mais cela est tout de même inquiétant pour le vainqueur de la saison 1.

Virtus.Pro a logiquement battu  Team moreWoT.Planetkey 3-2. La victoire fut acquise sur les cartes 2,3 et 4 : Prokhorovka, Himmelsdorf et Steppes. L'équipe allemande a sauvé l'honneur en remportant Ensk en 1 et Mines en dernière carte. La victoire n'est pas forcément rassurante car Team moreWoT.Planetkey avait terminé 10ème de la saison 2 mais ce n'est jamais évident de commencer une saison et Virtus Pro a réussi oùTeam Dignitas a échoué.

Nous avons enfin les deux matchs qui furent en direct sur twitch :

1SBP Ulanska Fantazja vs  Evil Panda Squad

1ère carte Himmelsdorf : 2 AMX 50 100, 1 T32, 1 T69, 1 110 et 2 T1 pour 1SBP au sud contre 2 AMX 50 100, 1 T69, 2 IS-3 et 2 T1 pour EPS au nord.

Progression lente mais sûre de 1SBP en passant colonne 8 puis dans le parc et enfin colonne 5-6. Ils éliminent le T1 en B8 qui observait l'allée en ligne B et enfin, commence une capture de la base EPS lorsqu'un AMX 50 100 détruit le T1 1SBP au sud-ouest du parc.

EPS contre en envoyant le second T1 capturer la base de 1SBP et en attaquant sur deux flans. Les IS-3 d'un côté et les autres "Tier 8" de l'autre. les dégâts sont équilibrés et la capture annulée côté 1SBP. le T1 EPS fait le job en capturant la base 1SBP. 1-0 pour Evil Panda Squad

2ème carte Prokhorovka : 2 T69, 3 AMX 13 90, 2 T1 des deux côtés. 1SBP au sud, EPS au nord.

Rush des AMX 13 90 1SBP qui foncent colonne 3. Les T69 se mettent en support en lignes E-F derrière les rochers. Cependant, ils subissent un grand nombre de dégâts en faisant cela. EPS décident alors de détruire, 1 par 1, les AMX 13 90 1SBP. 1SBP n'arrive pas à endommager suffisemment un char pour le détruire tandis que les AMX 13 90 peurent un par un.

Les T69 1SBP se font tuer juste après ainsi que les T1. Victoire 42 à 2 pour Evil Panda Squad2-0 pour ces derniers.

3ème carte Abbaye : 2 T69, 3 AMX 13 90, 2 T1 pour 1SBP au sud contre 3 T69, 2 AMX 13 90, 2 T1 pour EPS au nord.

Prise de position très avancée pour 1SBP en conquerant l'Abbaye. Ils détruisent un T1 et en contrôlent le côté est de la carte. Le second T1 se fait également détruire laissant EPS sans observateur. Le temps passe et 1SBP décide d'agir en revenant vers leur base puis en roulant à l'ouest de la carte pour remonter sur les EPS campant de ce côté.

Cependant, cette action se produit bien trop tard et ils n'ont pas le temps de tirer. 2 à 2, égalité. Toujours 2-0pour Evil Panda Squad.

4ème carte Ensk : 2 AMX 50 100, 1 T69, 2 IS-3, 2 T1 pour 1SBP au nord contre 3 AMX 50 100, 2 IS-3, 2 T1 pour EPS au sud.

Prise de position avancée dans la ville pour EPS. 1SBP a envoyé le T69 et 2 T1 capturer la base EPS désorganisant ces derniers. Les autres chars 1SBP présents en ville attaquent alors ceux des EPS qui avaient, tout d'abord, envoyé 3 chars défendre la base.

Cette désorganisation a grandement favorisé 1SBP même si la capture a échoué d'un rien. La tentative désespérée d'un T1 EPS n'a rien changé. NewMultishow avec son AMX 50 100 se retrouve sans vie à 3 contre 1 et il ne peut rien faire dans cette situation. Victoire 42 à 18 pour 1SBP Ulanska fantasja2-1 pour Evil Panda Squad.

5ème carte Steppes : 3 T69, 2 AMX 13 90, 2 T1 pour 1SBP au sud contre 2 T69, 3 AMX 13 90, 2 T1 pour EPS au nord.

1SBP se positionne très en avant durant les premières secondes de jeu permettant la destruction d'un T1. Ils décident ensuite d'attaquer à l'ouest mais ils se font repérer par EPS et quelques échanges de tirs s'effectuent avec la destruction d'un T1 1SBP. L'ensemble des chars 1SBP font alors le tour de la carte pour se positionner près de la base EPS et ils avancent progressivent vers le sud-ouest en éliminant le second T1 au passage.

Du fait qu'ils doivent gagner pour égaliser, ils agressent les chars "Tier 8" EPS mais en étant en mauvaise position car ils se font alors réprimander. Les AMX 13 90 et 1 T69 périssent pour 1SBP, seulement 1 char côté EPS puis un second à quelques secondes de la fin. Victoire 26 à 18 pour Evil Panda Squad qui gagne cette rencontre 3-1.

  DeNova vs   Team WD

1ère carte Himmelsdorf : 2 AMX 50 100, 1 T69, 2 IS-3, 2 T1 pour DeNova au sud contre 2 AMX 50 100, 1 T69, 1 IS-3, 1 110, 2 T1 pour Team WD au nord

Team WD avance à l'ouest de la carte. ils détruisent le T1 qui spottait et cela fait répliquer l'ensemble des "Tier 8" DeNova au sud-ouest de la carte où il y a confrontation. Les chars sont utilisés brillamment en avançant sans arrêt pour prendre à revers son adversaire. Au final, team WD gange à ce petit jeu et conserve deux "Tier 8" en vie. Victoire 42 à 25 et 1-0 pour Team WD.

2ère carte Ruinberg : 2 AMX 50 100, 2 T69, 1 AMX 13 90, 2 T1 pour les deux équipes. DeNova au nord, Team WD au sud.

Les deux équipes se combattent à l'est de la carte. Un AMX 50 100 de chaque équipe se fait détruire. Le T69 DeNova réussit à détruire un AMX 13 90 mettant DeNova en supériorité numérique. les chars WD sont alors obligés d'avancer mais ils se font détruire un par un.

Victoire 42 à 17 pour DeNova et égalisation 1-1.

3ème carte Steppes : 2 T69, 3 AMX 13 90, 2 T1 pour les deux équipes. DeNova au nord, Team WD au sud.

La même que sur Ruinberg, bataille très agressive à l'est de la carte qui tourne à l'avantage de DeNova. Cela se termine en moins de 3 minutes de jeu avec 3 chars "Tier 8" en vie pour DeNova. Victoire 42 à 16 et DeNovapasse en tête 2-1.

4ème carte Ensk : 3 AMX 50 100, 1 IS-3, 1 110, 2 T1 pour Team WD au nord. 2 AMX 50 100, 1 T69, 2 IS-3, 2 T1 pour DeNova au sud.

Bataille en ville entre les deux équipes. Un T69 DeNova excentre un AMX 50 100 Team WD et pendant ce temps, les quatres autres chars poussent la ville. A 4 contre 4, DeNova détruisent, sans perte, les quatre chars WD même s'ils ont subi beaucoup de dégâts.

Ils n'ont plus qu'à finir le dernier AMX 50 100 et les deux T1 pour gagner. Victoire 42 à 10. DeNova gagne 3-1.

5ème carte Mines : 2 T69, 3 AMX 13 90, 2 T1 pour Team WD au nord, 3 T69, 2 AMX 13 90, 2 T1 pour DeNova au sud.

Prise de position sur la colline pour DeNova. Ils entourent leur adversaire en progressant également dans la ville à l'est. La confrontation est prise côté team Wd et seulement 2 chars de chaque côté survivent. Team WD tente alors une capture de la base DeNova mais les deux derniers AMX 13 90 se défendent et détruisent un char sans contrepartie. 34 à 26 pour DeNova et victoire finale 4-1 pour DeNova.

Enfin, deux matchs ont été déplacés : SPALE vs Kazna Kru et 7even Sins vs Mousesports. Ce dernier match a été reporté par 7even Sins entrainant une pénalité majeure contre eux. Toujours aucune date prévue pour cette rencontre.

 

World Cyber Games : qualifications allemandes

Par : Matomi 

La gamescom 2013 a été le théâtre de deux grandes épreuves : la finale de la 2e saison de la Ligue pro de World of Tanks et les qualifications nationales allemandes aux World Cyber Games. Je m’en vais vous faire un petit compte rendu de ces dernières. Contrairement à la Ligue pro de WoT, les parties n’ont pas eu lieu en direct sur l’internet. Il s’agissait d’une compétition hors ligne dont la finalité était de choisir la meilleure équipe pour représenter l'Allemagne aux World Cyber Games de Kunshan, en Chine. Prévus les 22 et 23 août, ces éliminatoires devaient permettre au seul vainqueur de prendre part à la grande compétition internationale de sports électroniques. Deux présentateurs allemands ont accueilli et commenté l'intégralité du tournoi qu’ils suivaient sur grand écran. Les équipes se sont inscrites dans une salle d’entraînement où elles ont pu sélectionner chars et cartes, mais aussi échanger avec les présentateurs de la gamescom. Les choix se sont surtout portés sur des chars moyens et lourds de rang VIII, et des éclaireurs légers de niveau I-II. Trois équipes – RAGE!, Odem Mortis et WUSA – se sont qualifiées pour les demi-finales. Privés d’adversaires, les WUSA se sont imposés sans combattre avant de croiser Odem Mortis sur le chemin de la finale. En réalité, cette victoire 3-0 par forfait leur a permis de décrocher leur billet pour la grande confrontation ultime. Les RAGE!, qui se sont battus bec et ongles contre Odem Mortis, ont dû livrer une série de cinq batailles, gagnée 3-2, pour rejoindre les WUSA en finale. Bien que les deux formations allemandes aient fait montre d’un excellent sens tactique pour se hisser sur la dernière marche, une seule pouvait être couronnée. À nouveau vainqueurs sur le score de 3-2, les RAGE! sont devenus champions d’Allemagne lors de cette gamescom 2013 et ont, de ce fait, gagné leur place aux World Cyber Games. 

Je souhaite bonne chance à nos vainqueurs. Je regarderai sûrement la partie et je les encouragerai. Cette compétition internationale de sports électroniques sera également diffusée en direct sur eSport :)

 

Parties jouées pour le compte des qualifications allemandes aux World Cyber Games :

22/08 à 14 h 30
Odem Mortis contre WUSA
22/08 à 16 h 00
WUSA contre RAGE!
22/08 à 17 h 30
RAGE! contre Odem Mortis
23/08 à 22 h 30
WUSA contre Odem Mortis
23/08 à 01 h 00
WUSA contre RAGE!
23/08 à 14 h 30
WUSA contre Odem Mortis
23/08 à 16 h 00
RAGE! contre WUSA

 

Classement final : 

  1. RAGE! 
  2. WUSA
  3. Odem Mortis

Concernant l’organisation du tournoi, je crois que les personnes qui se sont occupées de la 2e saison de la Ligue pro ont mieux pensé la chose : leur système était beaucoup plus rapide dans le choix des cartes, le lancement des différentes phases de la bataille, et la communication entre les joueurs et le personnel. Difficile, pour autant, d'être objectif quand on compare deux compétitions différentes (une hors ligne et une en ligne). Chaque tournoi avait ses propres exigences et leurs organisateurs avaient placé la barre assez haute pour faire face à la popularité grandissante de ces épreuves.

Je pense qu’il n’est pas utile de faire un compte rendu de chaque affrontement. Il y a plus de 6 heures de vidéo pour couvrir tout l’événement ; elles sont disponibles sur l’internet et je peux vous dire qu'il y a de quoi faire. Je crois que les fans allemands et européens de WoT ont eu leur content d'action, apprécié ces deux heures d'adrénaline et appris des choses qu'ils pourront réutiliser au combat ou dans l'organisation de leur clan. Les batailles enregistrées sont visibles sur le site www.twitch.tv. C'est tout pour aujourd'hui. Je vous souhaite bonne route et que vos chenilles vous portent loin !

Fermer