Attention !
L'article que vous regardez est dans l'ancien format du site. Il peut y avoir des problèmes de représentation avec certaines versions du navigateur.

Fermer

Bataille de Flers-Courcelette : la naissance des blindés

Selon les paroles mémorables de Basil Liddell Hart, la Somme était « la gloire et le cimetière » de l'armée de Kitchener... Il devint rapidement évident pour les Alliés que la percée dans la Somme, malgré quelques victoires françaises, était impossible et se transforma en une campagne d'usure. La bataille prit fin le 18 novembre avec une avancée alliée de dix kilomètres à peine et des pertes estimées à 418 000 soldats britanniques et 195 000 soldats français. Les Allemands perdirent 615 000 hommes, tués ou blessés.

                                                                                  Sergeant-Major Ernest Shepard

 

Char Mark I de la C Company (C. 19 « Clan Leslie »), Chimpanzee Valley, 15 septembre 1916.

La bataille de Flers-Courcelette fut la troisième et dernière grande offensive menée par les troupes britanniques au cours de la bataille de la Somme. La bataille de Flers-Courcelette, à l'origine une simple attaque annexe, allait avoir un impact majeur sur l'issue de la Première Guerre mondiale et allait changer à jamais l'art de la guerre.

Guards Division, Somme, soirée du 15 septembre 1916 (cliquez pour agrandir l'image)

L'offensive de la Somme eut lieu pendant l'été et l'automne 1916, et la bataille de Flers-Courcelette fut lancée le 15 septembre. La bataille fit rage une semaine durant.

L'objectif principal était de percer une brèche dans la ligne défensive allemande grâce à l'artillerie et des attaques d'infanterie massives.  Cette percée aurait alors été utilisée par la cavalerie pour poursuivre l'avancée.

 

Prélude

À l'arrivée de l'été 1915, il était devenu évident que la victoire dépendrait de la mise à mal de la domination de la guerre de tranchées sur les champs de bataille du front occidental. Le projet visant à développer un « cuirassé terrestre » avait déjà été lancé afin de combattre les tranchées, les barbelés et les mitrailleuses.

Ce projet était dirigé par le Landships Committee, une petite commission britannique créée en février 1915 par le Premier Lord de l'Amirauté, Winston Churchill.

Son objectif était de produire un véhicule blindé capable de briser l'impasse résultant de la guerre de tranchées.

Le premier prototype, Little Willie, fut prêt à l'automne 1915.  Ce fut le premier prototype de char créé de l'Histoire. Son lieu de naissance : William Foster & Company of Lincoln.

William Foster & Company of Lincoln pendant la Première Guerre mondiale.

Le projet vit la création du Mark I, le premier char au monde à participer au combat. Les véhicules furent baptisés « tank » (réservoir en anglais) pour faire croire aux Allemands que c'étaient des réservoirs d'eau destinés aux zones où l'eau manquait. 

Le premier prototype du Mark I fut déployé en janvier 1916. Six mois à peine après les premiers tests, le General Sir Douglas Haig, commandant du Corps expéditionnaire britannique et futur commandant en chef de la bataille de la Somme, voulut lancer la première attaque de chars massive lors du premier jour de la bataille de la Somme.

Little Willie dans les ateliers de William Foster, 1915
(cliquez pour agrandir l'image)

Little Willie dans sa forme ultérieure, avec des chenilles allongées et sans tourelle, au musée des chars de Bovington (cliquez pour agrandir l'image)

 

L'opposition face à ce plan fut grande, notamment parce que les fabricants ne parviendraient pas à livrer les chars aussi rapidement. L'autre raison principale était la suivante : si les chars demeuraient secrets, une attaque à grande échelle pourrait être lancée avec un grand nombre de blindés, ce qui augmenterait les chances d'une percée majeure.

Les chars furent livrés deux mois et demi plus tard. Haig ordonna au General Sir Henry Rawlinson, le sous-commandant de la 4e Armée, d'intégrer ces nouvelles machines dans ses plans de combat.

La bataille

La bataille démarra le 15 septembre 1916 et s'avéra un véritable choc.

Les troupes allemandes, prises par surprise, abandonnèrent environ 1,8 km sur le front face au Corps expéditionnaire britannique et aux soldats canadiens. Cependant, cette avancée ne fut pas une victoire stratégique, car les troupes alliées rencontrèrent des difficultés majeures. 

Un MK. I C13 avant la première bataille de Fleurs-Courcelette, septembre 1916.
Commandé par le Lt Sir John Dashwood.

Les performances des chars furent inégales.  Sur les 49 chars commandés, seuls 32 purent rejoindre leurs positions de départ affectées sur le champ de bataille et 7 d'entre eux ne réussirent pas à démarrer, ce qui en laissa 25 opérationnels au début de l'assaut.  

Au final, l'effet des chars fut principalement psychologique, car il encouragea les attaquants et intimida les défenseurs face à leur avancée.

Leur impact tactique fut différent. Ils fournirent peu d'aide ou de soutien aux attaquants, et la plupart des chars tombèrent en panne ou furent immobilisés par le terrain sur le champ de bataille. Seuls 9 chars parvinrent à atteindre et pénétrer les lignes allemandes.

Sir Haigh avait pourtant été averti de l'utilisation prématurée des chars. Le terrain était accidenté et les troupes alliées n'étaient pas bien entraînées dans l'utilisation de ces machines.  Une deuxième attaque fut lancée le 17 septembre 1916, mais la météo difficile et des pertes considérables menèrent à l'annulation de la bataille.

Des chars en action

 

Conséquences

Mes pauvres « cuirassés terrestres » ont été utilisés prématurément sur une échelle insignifiante… Si ces formidables machines avaient été utilisées comme il se doit sur une plus grande échelle, la victoire aurait été superbe et brillante, mais elles furent révélées aux Allemands uniquement pour prendre quelques villages en ruine… 

                                                             Premier Lord de l'Amirauté, Winston Churchill

 

Le premier jour de la bataille, Raymond Asquith, le fils du premier ministre britannique (H. H. Asquith), fut tué et Harold Macmillan, futur premier ministre, fut gravement blessé.

Au final, la bataille de la Somme allait se poursuivre pendant presque deux mois supplémentaires après Flers-Courcelette, mais aucun des plans qui suivirent ne définit des objectifs aussi importants que ceux de Flers-Courcelette.

La bataille laissa cependant un véritable impact sur le monde : les chars.  Ils annoncèrent leur présence au monde et des améliorations de conception furent apportées suite aux erreurs de Flers-Courcelette. Les stratégies furent repensées et à la fin de la guerre, les chars apparurent comme une arme remarquable, dans les deux camps. 

L'A7V allemand fait son apparition à Roye, le 21 mars 1918

 

Suivez The_Challenger sur   dès maintenant !

 

Sources :

Lewis, John E. (1999), The Mammoth Book of Battles par Jon E. Lewis

Fletcher, David (2004), British Mark I Tank 1916

Domaine public

 

En avant, Commandants !

Fermer