Attention !
L'article que vous regardez est dans l'ancien format du site. Il peut y avoir des problèmes de représentation avec certaines versions du navigateur.

Fermer

Le monde est petit : à l'échelle 1/6 pour être exact

Armortek

Dernièrement, j'ai eu la chance d'être invité à l'usine d'Armortek, nichée dans la campagne magnifique du Devon, en Angleterre.

Qui sont-ils ?

Tous les modélistes sérieux ont entendu parler d'eux. Pour moi, ce sont les Rolls Royce du modélisme. Leur réputation de qualité, de fiabilité et d'attention aux détails est inégalée.

L'exclusivité est leur credo : chaque modèle est produit en nombre limité (entre 30 et 50), chacun portant un numéro de série unique. La qualité, pas la quantité : c'est prouvé par le simple fait que 70 % de leurs clients deviennent des clients réguliers et ils livrent dans le monde entier.

Étonnamment, c'est un duo composé de Mark et sa femme Gill. Mark est le génie derrière les recherches, le développement et la construction finale. Il se sert du dernier cri en matière de modélisme en trois dimensions et de logiciels qui utilisent principalement des alliages d'aluminium lors de la fabrication. Mais les parties mécaniques (arbres, essieux, etc.) sont usinées en acier. Les pièces en tôle sont toutes découpées au laser à partir d'acier ou d'aluminium.

Ceci (ci-dessus) devient ça (ci-dessous).

Le processus de conception est fascinant depuis les idées de départ, qui proviennent en général des clients, jusqu'aux recherches, qui sont toutes menées en conduisant de vrais véhicules. Mark refuse d'utiliser des dimensions ou des recherches documentées existantes, car il ne croit pas qu'elles soient précises à 100 %. Beaucoup de détails sont souvent contradictoires. Un exemple frappant est leur modèle réduit du Tiger 1 (le succès de l'entreprise) qui a été construit d'après le Tiger 1 du Tank Museum de Bovington (Angleterre) pour les premiers modèles et les modèles de milieu de production. Le modèle le plus récent a été construit d'après le Tiger 1 du Musée des Blindés de Saumur (France). 

Mark, le génie créatif (ci-dessous).

En règle générale, Mark travaille pendant 6 semaines sur la conception et le prototype, puis 4 mois sur la fabrication. Ce qui signifie qu'un peu plus de deux véhicules sont produits au total par an !

Une incroyable attention aux détails (ci-dessous).

Les machines de production qu'ils utilisent sont ultra-modernes. Elles comprennent des tours et des centres d'usinage qui sont tous contrôlés par ordinateur.

Le MKIV (ci-dessus), pourvu de 5 000 rivets, a été commandé pour la nouvelle exposition « Du cheval de guerre aux chevaux des moteurs » du Tank Museum de Bovington (site en anglais).

Le jour de ma visite, le modèle final du musée était peint par Paul, joueur de World of Tanks (photo ci-dessous), terminé et prêt à être livré. 

Tous les modèles sont disponibles avec un « pack d'options » qui leur donne vraiment vie. Le pack mobilité utilise une commande et des moteurs industriels pour permettre au modèle réduit de se déplacer sur des terrains très difficiles. Le poids moyen des chars est d'environ 170 kg et ils sont assez puissants pour tirer un camion de 7,5 tonnes.

Si vous optez également pour le pack effets spéciaux, vous obtenez des bruits enregistrés numériquement qui sont aussi fidèles au char réel que possible. Ajoutez à ça l'unité de recul et vous obtenez des bruits et des flashs de canons.

Bêtement, je m'attendais à voir une collection qui comprendrait tous les modèles réduits terminés à l'usine. La réalité était différente, car ils sont tous vendus bien rapidement ; une autre indication de la qualité et de la demande de ces modèles réduits. En fait, le seul modèle actuellement en stock est le Field gun de 25 livres. (ci-dessous)

Dans l'ensemble, c'était une agréable journée en compagnie de deux des personnes les plus gentilles que j'aie rencontrées. Leur passion pour les affaires et leur engagement à être précis, c'est ce qui fait d'Armortek les meilleurs dans ce qu'ils font.

Quelle est leur prochaine production ?

Très sérieusement, Mark n'en a aucune idée. « Tout dépend de ce que veulent les clients », dit-il.

Pour finir, une question pour tous les joueurs de World of Tanks : quel char voudriez-vous qu'ils construisent ?

 

Page d'accueil d'Armortek (en anglais) Armortek sur Facebook The Challenger sur Facebook
Fermer